La vie quotidienne des combattants et des civils

Souffrances physiques

Difficiles révélations

« De nombreux récits ont été publiés dès les années 1920 et 1930 pour souligner toute l’horreur du champ de bataille. Mais à y regarder de plus près, c’est toujours la brutalité anonyme, aveugle, qui est mise en avant, la violence sans responsabilité identifiée. En revanche, la violence interpersonnelle est très peu présente dans le témoignage combattant. Les historiens sont eux-mêmes restés plutôt « timides » sur le sujet. Ce sont donc certains anthropologues qui ont émis les premiers ce raccourci : « On est tué à la guerre, mais (apparemment) on ne tue pas. ».

 

Lire la suite...

Partager